mairie de cravanche.fr
Fil d'Ariane >> Accueil/Les pages/Patrimoine/Des Cravanchois se souviennent ... (4)
Mairie de Cravanche, 2 rue Pierre et Marie Curie, 90300 CRAVANCHE, Télephone: 03 84 26 07 10, Fax : 03 84 26 60 41

Des Cravanchois se souviennent ... (4)

10/03/2012 - Lu 3593 fois
Tirs de mortiers allemands sur Cravanche

« Pendant toute la journée du 20, des tirs épisodiques de mortiers allemands, vraisemblablement depuis Offemont, atteignent Cravanche.

En début d’après-midi, Madame RIGET, une veuve qui habite au 2e étage de la maison PANGON à côté de l’école, néglige de descendre s’abriter à la cave pendant une alerte. Elle est tuée par un projectile dans son appartement. »

 

Gilbert LACLEF 

« Les tirs de mortiers allemands du 20 novembre, contraignent à nouveau la plupart des Cravanchois à se réfugier dans la cave de leur maison. C’est le cas des habitants de la maison que ma famille habite, au n°1 rue Favre qui jouxte la rue du Salbert.

Au soir du 20, alors que je me trouve dans la cave avec ma famille et des voisins, un obus de mortier atteint la maison. L’obus explose à proximité des toilettes du rez-de-chaussée où se trouve momentanément par un malencontreux hasard, Bernard GEORGEON. Bernard est grièvement blessé à l’épaule et à une jambe. Nous le ramenons au sous-sol où il est installé sur un lit de fortune. Les soldats nous fournissent des équipements de 1er secours. Mais Bernard ne peut pas être transporté dans un hôpital compte tenu des événements et il succombe rapidement ; il avait à peine 15 ans »

Bombardement de la voie ferrée par les Alliés au pied du mont Salbert

« Les tirs de mortiers allemands du 20 novembre, contraignent à nouveau la plupart des Cravanchois à se réfugier dans la cave de leur maison. C’est le cas des habitants de la maison que ma famille habite, au n°1 rue Favre qui jouxte la rue du Salbert.

Au soir du 20, alors que je me trouve dans la cave avec ma famille et des voisins, un obus de mortier atteint la maison. L’obus explose à proximité des toilettes du rez-de-chaussée où se trouve momentanément par un malencontreux hasard, Bernard GEORGEON. Bernard est grièvement blessé à l’épaule et à une jambe. Nous le ramenons au sous-sol où il est installé sur un lit de fortune. Les soldats nous fournissent des équipements de 1er secours. Mais Bernard ne peut pas être transporté dans un hôpital compte tenu des événements et il succombe rapidement; il avait à peine 15 ans »

Article précédent : Des Cravanchois se souviennentArticle suivant : Diagnostic Enfance Jeunesse